Quelques astuces pour jardiner sans s’occasionner de blessures

L’hiver et ses maux de dos occasionnés par le pelletage sont enfin derrière nous.  Mais attention!  Le jardinage comporte aussi son lot de désagréments et de blessures potentielles.  Voyons comment rendre le jardinage sécuritaire et agréable pour le squelette. Tout d’abord, échauffez-vous ! Avant d’entreprendre une activité, s’échauffer demeure toujours une bonne idée, surtout si vous ne l’avez pas pratiquée depuis longtemps.  En effet, les muscles et tendons qui n’ont pas été sollicités depuis un certain temps pourraient être « surpris » de l’effort soudain que vous leur imposez. Faites des pauses Pris d’enthousiasme pour le jardinage, vous pourriez ne pas voir le temps passer.  Penser à modifier votre position et à vous dégourdir toutes les 20 minutes ou moins.  Écoutez les signaux que vous envoie votre corps.  Un tiraillement, un engourdissement ou des fourmillements se font sentir?  C’est le moment de changer de bouger ou de faire une pause.  Dans ces moments de pause, profitez-en pour respirer efficacement et pour vous hydrater.  C’est souvent au grand soleil que le jardinage se fait. Attention aux objets lourds Le jardinage peut ressembler à une activité inoffensive, mais elle comporte tout de même son lot de risques.  Soulever des jardinières, des sacs de terre et de paillis peut occasionner des blessures si le mouvement n’est pas fait de manière ergonomique.  Pour ne pas vous blesser, pensez à prendre l’objet près de votre corps, à écarter les pieds à la largeur des épaules et à plier les genoux tout en gardant le dos droit.  Veillez à ne pas pivoter.  Soyez vigilants.  Si l’objet est trop lourd, ne le soulevez pas. Enfin, variez les tâches Pensez à vous faire un plan des tâches de jardinage pour ne pas rester trop longtemps dans la même position.  Aussi, cela vous permettra de faire une pause, de vous étirer, de respirer et de vous hydrater. Gardez sous la main le diagramme ci-dessus qui vous rappelle comment bien entreprendre une journée de jardinage. Bon été dans les plantes et dans les fleurs ! Et en cas de blessures, consultez un de nos professionnels qui vous aidera à vous remettre sur pied !

Prévenir les douleurs associées au travail de caissier

En ces temps de pandémie, certains travailleurs des services essentiels et prioritaires sont plus sollicités qu'en temps normal.  C'est d'ailleurs le cas des caissiers et caissières des épiceries pour qui travailler debout de longues heures peut engendrer des problématiques au dos, aux jambes et aux pieds, telles que varices, enflure des jambes, raideurs de la nuque et des trapèzes. Votre employeur a une responsabilité quant à votre sécurité physique  et quant à l'ergonomie de votre poste de travail. Soyez alertes! - Ne sous-estimez pas les risques associés au travail debout;
- Portez des chaussures adaptées;
- Organisez votre espace de travail;
- Pensez à faire des étirements pendant et après votre quart de travail. Pour davantage de précision sur le sujet, consultez les chirotrucs pour prévenir les douleurs associées au travail de caissier de l'Association des chiropraticiens du Québec.

L'ergonomie en télétravail

Étant donné la situation actuelle, plusieurs travailleurs et étudiants se retrouvent parachutés d’urgence dans une pièce de la maison pour  faire du télétravail ou de la télé-étude. Considérant les nombreuses heures passées devant l'écran, il est très important de ne pas sous-estimer l’effet de la posture sur le système locomoteur (squelette, muscles et articulations).  L’ergonomie du poste de travail est non seulement essentielle pour limiter les blessures, mais elle l’est aussi pour augmenter la productivité en favorisant la concentration. Agissez avant de voir apparaître douleurs, migraines et frustrations. Enfin, accordez-vous du temps pour vous étirer entre les réunions ou à chaque heure. Vous n’en serez que plus productif. Suivez les conseils publiés sur cette page de Radio-Canada.